Un weekend à Porto

Voilà bien longtemps que je n’étais plus partie à l’étranger et ces petites vacances tombaient à point nommé. Voyager me manquait et, après avoir travaillé tout l’été, j’avais grandement besoin de vacances.

Le Portugal est une destination qui m’a toujours attirée. J’ai grandi dans une région de la France où la population portugaise est très présente, tous les gamins de ma ville ont grandi avec des copains qui venaient de la région de Graba au Portugal. Je passais beaucoup de temps en vacances en Espagne et me demandais sans cesse si ce pays limitrophe ressemblait à son voisin hispanique. Et en vieillissant, quand tu apprends que tu peux boire des bières à même pas un euro, ça motive encore plus ! Allez hop ! Un barbu et une valise et c’est parti !

Y aller….

Porto sera la ville choisie pour découvrir le Portugal. Nous avons la chance d’avoir l’aéroport de Bâle-Mulhouse qui propose avec Easy-Jet des vols très accessibles. Bon, on s’y est pris un peu tard (deux mois avant) mais pour la période de mi-septembre, les deux vols aller-retours et un bagage en soute nous sont revenus à 375€. Si vous vous y prenez plus tôt que nous, vous trouverez des vols moins chers. Le vol dure deux heures et demi et passe assez vite en survolant la France, les Pyrénées, l’océan et l’Espagne et les fleuves portugais.

A votre arrivée à l’aéroport, plusieurs options pour rejoindre le centre ville. Le métro ou le taxi. Pas le même coût certes mais nous n’avions pas trop envie de faire encore une heure en transport en communs et avons fait appel à Uber. En 25 minutes, nous rejoignions notre Airbnb et la course nous est revenue à 18€.

Se balader …

Nous avions choisi un Airbnb dans le quartier qu’on trouvait le mieux placé. Notre choix s’est porté sur le quartier Ribeira. Alors certes, il est idéalement placé, à peine sorti qu’on a la vue sur le Douro, on a pu prendre tous les matins un café face au fleuve en terrasse et pareil le soir pour l’apéro mais…. C’est très très bruyant ! Sachez le !

Le barbu et moi même avions grandement besoin de vacances je vous l’avais dit, et je crois qu’au fond de moi, j’espérais que Porto me dépayse, me coupe du quotidien, me donne vraiment l’impression d’être partie, d’être en vacances même si je partais que 5 jours. Et bien, à peine les pieds posés sur les pavés, les yeux face au Douro c’était mission réussie. Nous avions décidé de passer la première journée à arpenter la ville sans trop savoir où aller, quoi voir en particulier. Nous ne sommes pas du style à se balader avec un guide dans une main et une liste de choses à barrer une fois qu’elles sont faites. On préfère vivre la ville plutôt que de la consommer (cette phrase est du barbu mais je lui pique tellement je la trouve juste).


On est donc parti à l’assaut des rues pavées et qui grimpent ! Attention, à Porto, vous allez vous faire des mollets et fessiers en béton !
Et d’emblée, on en prend pleins les yeux ! Les façades mais les façades mes amis !! Elles sont quasiment toutes en azuléjos, ces carreaux de faïence colorés. Généralement dans les tons de bleus, on en trouve aussi dans les nuances de jaune ou ocre. Je suis méga fan, je pourrais passer des heures le nez levé à les admirer. Et encore plus quand je vois que les églises sont aussi dans la même veine. Quelle splendeur ! D’ailleurs, on voit des églises partout, on sent que c’est un pays à l’identité religieuse bien marquée. Elles sont magnifiques !


La plus fantastique, la plus connue et celle qu’il faut voir est la Sao Franscisco. Je ne pourrais, malheureusement, pas vous montrer des photos de l’intérieur car c’est interdit mais un conseil : allez-y ! Le prix d’entrée est de 7€ mais comporte l’entrée à un musée où on peut voir toute la démesure portugaise quand il s’agit de décorer un lieu sacré, on peut aussi aller voir une sorte de musée-catacombe et enfin l’entrée à l’église. Je crois n’en avoir jamais vu des comme ça. On se prend une claque monumentale, on se sent tout petit et en même une sensation d’étouffement, d’écrasement. Tout est sculpté en bois mais de manière gigantesque. C’est beau et oppressant en même temps. Elle n’est pas très grande mais elle vaut vraiment le coup d’y aller.

vue sur le Douro depuis la Ribeira
Une multitude de couleurs sur les façades
Ma préférée !
L’entrée de la Sao Fransisco

Vous passerez forcément par la Rua del Flores, une des rues les plus passantes de Porto, on y trouve beaucoup de restaurants, de boutiques de souvenirs mais aussi pas mal de street-art notamment une grande fresque d’un chat bleuté et les bornes électriques ont toutes été agrémentées par des artistes. Le soir, elle est moins sympathique car il y a quelques troubles fête qui vous proposeront des substances illicites mais elle n’est pas dangereuse, il y a beaucoup de monde. Au bout de cette rue, en direction de la gare se trouvait mon dealer de pastels de Nata. Ces fameux gâteaux portugais. Je n’en avais jamais mangé auparavant et n’attendait que ça ! Et mon dieu que c’est bon ! Une espèce de flan dans une pâte feuilletée…. J’aurais pu manger que ça !
En parlant de gare, il faut absolument aller voir celle de Porto. D’ailleurs, je pense qu’un bon tiers des gens présents dans la gare de Sao Bento ne sont là que pour l’admirer et prendre des photos. Elle est décorée elle aussi d’azuléjos représentant des scènes folkloriques et historiques de la vie portugaise.

la gare Sao Bento

Nous nous sommes, bien sur, rendus de l’autre coté du Douro en empruntant le fameux pont Dom Luis, crée par Gustave Eiffel, et même sans le savoir, on a l’impression que c’est un pied de la Tour Eiffel. Il est sur deux niveaux, en bas passent les voitures et les piétons et en haut le métro et les piétons aussi. Il est impressionnant ! Ne levez pas les yeux en marchant en même temps, votre sens de l’équilibre s’en trouverait chamboulé ! Je suis toujours impressionnée par ce que l’homme peut faire. Donc ! De l’autre côté se trouve le quartier des caves de Porto : Vila Nova de Gaia. Plusieurs grandes enseignes se partagent les rives, vous pourrez voir les fameux rajelos, ces petits bateaux qui servaient à transporter les tonneaux de porto.


De l’autre côté, vous pourrez prendre le funiculaire pour 6€ l’aller et qui vous mènera au Monastère da Serra do Pilar. Bon, on a trouvé ça un poil cher mais vous avez une dégustation gratuite de porto avec (qu’on a même pas fait ^^) Tout en haut, vous avez des chouettes jardins, ce jour là, musique et food-trucks étaient de sortie, et on a découvert une autre ville, animée, loin des touristes de masse. Nous n’avons pas visité le couvent malheureusement par manque de temps ce jour là. On est reparti de l’autre coté par le haut du pont et avons pris le temps d’admirer la ville, une vue magnifique sur Porto vous est offerte. Au bout du pont, se trouve encore une superbe fresque de street art. Une rue qu’on pourrait qualifier de «bobo » est au bout du pont, on s’est arrêté dans un petit café qui propose du bio, du local (et j’ai pas noté le nom bougre de moi mais le lieu est super mimi).

le pont Dom Luis
le monastère da Serra do Pilar
le fameux lapin de Bordalo

Une chose qui nous a frappés lors de ce séjour dans Porto est la mixité entre des façades superbes, très bien rénovées, des monuments d’un plan éclatant, grandioses et à côté, vous trouvez des immeubles abandonnés en plein centre, des quartiers style favelas mais jamais, vraiment jamais un sentiment d’insécurité ne s’est fait sentir même quand on était dans des quartiers très populaires. Et ce que j’ai aimé par dessus tout, c’est que partout vous trouverez du linge qui pend aux fenêtres, les mamies portugaises qui discutent aux fenêtres ou aux lavoirs, on a même vu des quartiers où les lavoirs étaient ouverts et on retrouvait ces ambiances d’antan, de villages et c’était génial ! J’en rêve chez nous aussi !

Un lieu incontournable à Porto est la librairie Bello. Si je vous dis Harry Potter, Poudlard, fermez les yeux et rouvrez les et vous vous trouvez dans la librairie. Un univers digne d’un film féérique. C’est d’ailleurs cette librairie qui a inspiré J.K Rowling , elle habitait Porto et venait à la librairie pour écrire et la suite tout le monde la connait. Il faut prendre son billet d’entrée un peu après la librairie et patienter. Il y a toujours beaucoup de monde. On a eu de la chance, nous n’avons pas attendu. Le prix d’entrée est de 5€ mais déductible à l’achat d’un ou plusieurs livres. Et à peine entrés dans la librairie que les yeux se mettent à briller ! Elle est magnifique, grandiose. Si les photos sur internet donnent l’impression qu’elle est grande, c’est trompeur, elle est assez petite mais sur deux étages et les escaliers centraux lui donnent une impression de profondeur. Il y a des livres en français et anglais, sur tous les thèmes possibles. Nous sommes revenus avec des livres, impossible de repartir de cette librairie sans !

On se croirait dans Harry Potter, non ?

Allez prendre le grand air de l’océan à Foz do Douro. Vous pouvez y aller en tramway, les fameux tram traditionnels en bois tellement mignons. Manque de bol, le jour où on y est allé et on avait attendu ce jour pour aller à Foz, c’était le marathon de Porto et les lignes étaient occupés par les coureurs. On a pas cherché à comprendre et commandé un Uber. Manque de bol-bis, quand on est arrivé devant l’océan, on ne distinguait pas le ciel de la couleur de l’eau. Tout était gris… Il faisait assez froid mais cela ne nous a pas empêché de prendre l’apéro face à l’océan.  La magie a quand même pris le dessus sur ma déception (le tram et le ciel bleu) et les embruns se sont fait sentir, le bruit des vagues s’est fait entendre et j’étais bien. Pour moi, l’eau est tellement thérapeutique et peut me faire oublier en quelques secondes tous mes petits tracas. Je pourrais passer des heures face à l’immensité de la mer.

N’hésitez pas à vous perdre, à vous laissez transporter dans les petites ruelles, à lever le nez et observer tous ces linges qui pendent, ces vieilles portugaises qui se retrouvent autour des lavoirs comme un village dans la ville (mais comme ça m’a donné envie de les réhabiliter ces lavoirs !!), de monter les rues à vous faire des cuisses d’enfer, à aller dans tous les quartiers à pieds surtout, à vous arrêter dans des petits troquets, à vivre en fait !
Je pense que j’ai loupé pleins de choses à Porto, que je n’aurais pas fait un dixième des indispensables à voir mais c’est pas grave ! Car j’ai vécu mon séjour, j’ai pris le temps, je me suis accordée une journée à rien faire (à part manger, boire et dormir) mais j’ai vécu, et non consommé et au moins, j’aurais une excuse pour revenir :p

Quelques bonnes adresses

Le Portugal est réputé pour avoir un excellent rapport qualité prix et on ne peut qu’approuver !
Alors avant tout, je tiens à dire une chose : armez vous de patience ou choisissez des horaires stratégiques pour aller manger le soir ! Plusieurs soirs d’affilée, on a marché au moins une bonne heure avant de trouver des tables de libre, les restaurants ne prenant pas de réservation, et astuce ! N’attendez pas qu’on vous place, dès que vous voyez des tables de libre, allez vite vous asseoir (on l’a compris après s’être fait piquer nos places 3 fois de suite)

Alors bien sur vous allez boire du Porto, bien sur vous allez manger de la morue et bien sur, vous allez déguster les Pasteis de nata, les incontournables !

La Galerie de Paris : tombé un peu dessus par hasard, on a pas été déçus. Enfin culinairement parlant un peu mais le tout réside surtout dans son atmosphère ! C’est un mélange de genre : cabinet de curiosité, fête foraine, brocante ou grenier de votre grand mère. Et le prix ! Mes aïeux, le prix : 5,40€ le midi : soupe, buffet de salade, plat du jour, eau, café. Trouvez moi mieux ! Alors ce n’est pas de la grande restauration mais franchement pour le prix (et des amies qui y sont allées le soir ont bu des supers cocktails à 4€)


Le Restaurante do Terreirinho : celui là, on l’avait repéré dès le début, pas loin de notre appart donc du quartier touristique de la Ribeira mais dans une petite ruelle derrière, à l’abri des touristes. Premier soir trop de monde, on tente le lendemain midi et on a bien fait ! On a pu se mettre en terrasse, sous les linges qui sèchent. On a pris du poisson pour ma part et des petites tapas à base de saucisses pour monsieur. On a fini par un fromage fondu à partager et c’était fort fort bon ! Et très copieux, mais ça c’est général, on a toujours eu des assiettes généreuses !


Portologia : c’est là où on a fait notre dégustation de Porto. On s’est pas foulé, on a été à la porte à côté de notre appart ! Et on ne regrette pas ! Alors c’est plus cher que les autres mais on était pas envahi de touristes , on a pu avoir un chouette moment avec le serveur qui parlait un français impeccable, on a pris le temps et on y est même retourné acheter notre bouteille avant de repartir. Plusieurs formules sont proposées, on a pris celle à 25€ avec 6 portos à déguster et une planche de fromages à 10€. On a vraiment passé un bon moment et c’est une adresse que je vous recommande car vous aurez une large gamme de porto, des belles explications sans le monde qu’il peut y avoir de l’autre côté de la rive !


Restaurant Arte da Baixa : celui là, on l’a pris un peu par dépit car tous ceux qu’on voulait faire étaient complets mais finalement une surprise agréable. J’y ai mangé un délicieux poulpe et mon barbu de la morue. Là encore, des assiettes plus que généreuses. On a vu pas mal de tables prendre des planches à partager où aucune n’a réussi à les finir :p


Patéo das Florès : une excellente surprise (ça fait beaucoup de restaurants surprises en fait !!), on en avait marre de chercher un resto et on vu cette devanture qui proposait aussi bien pour diner que pour boire un verre de vin, et la serveuse nous a emmenés dans un endroit de dingue pour diner. Tout tout au fond du resto est aménagée une verrière magnifique dans un cadre assez chic une partie restaurant. Nous sommes partis sur des planches à partager aussi bien charcuterie/fromage que crevettes avec un bon verre de vin. C’était super bon et pas excessif en termes de prix.


Bar Armazen : tombé dessus par hasard alors qu’on revenait du quartier de Buavista. C’est dans un grand hangar où sont aménagées plusieurs salles de ventes d’antiquités et de brocantes (alors attention, y’a des trucs qui valent le coup comme d’autres super chers) et il y a un espace où vous pouvez boire et/ou prendre l’apéro. On s’est laissé tenter par une bière (la fameuse Super Bock qui est trop trop bonne) et un porto et une énième planche de fromage charcuterie. Je n’ai pas été convaincue par le coté «bouffe » mais le lieu est vraiment chouette, il faut au moins y aller !


A Boavista, nous nous sommes arrêtés au marché ! Plusieurs étals sont proposés sous forme de corner où vous pouvez manger sur place. Il y en a pour tous les gouts : fromage, poissons, charcuterie, sucré, salé… nous nous étions faits un petit mix de pas mal de tapas que nous avions mangé à l’appart et là le rapport qualité prix était pas mal du tout !!


A Foz do Douro, nous avons bu un verre à Praia da Luz. Pile en face de l’océan, c’est très agréable. Les prix sont ceux d’un bord de mer. Et nous avons mangé au Bar Tolo. Un petit resto tout mignon avec une terrasse qui peut donner sur l’océan mais ce jour là, on a privilégié l’intérieur. Je me suis fait plaisir avec du poulpe et une bonne soupe ! C’était excellent !
Comme nous sommes revenus à pied de Foz, nous avons trouvé sur notre chemin un petit bar sympa, en face de l’océan aussi, spot parfait et lieu un brin improbable : Sensum Buffet !


Et le top du top, celui qu’on voulait absolument faire (on a même gagné notre bataille de la dernière place en terrasse !): le Bacalhau. Situé au bout de la Ribeira, sur les terrasses, il est tellement tout au bout qu’il semble épargné par les touristes (à croire qu’ils ont la flemme d’aller jusque là). Une carte simple, un service impeccable. On se laisse tenter par des chips de morue et un fromage gratiné au confit de poivrons. Et là, mes enfants : une tuerie ! Je crois qu’on aurait pu en commander des dizaines ! Ensuite, j’ai pris du thon avec des patates douces et du porc ibérique aux pois chiche pour monsieur. On s’est régalé ! Et honnêtement, tout ça plus un verre de vin chacun plus une petite bouteille d’eau et un dessert (le fameux flan aux oeufs portugais), on s’en est sorti pour 60€. C’est le plus cher qu’on ai fait et ça allait largement au vu de la qualité de nos assiettes.


Les fameuses pasteis de nata : tout au bout de la rue Das Flores en direction de la gare se trouve Nata Lisboa. Alors oui, c’est une chaine mais franchement, ils étaient super bons ! J’en ai ramené et le lendemain ils étaient encore bien bons ! Comptez 6€ les six. Et pour en avoir pris une fois à un magasin Spar en bas de chez nous, et bien ce n’était pas comparable du tout !


Nous avions pris aussi l’habitude tous les matins d’aller prendre notre café qui se transformait en apéro à la Super Bock au Café do Cais, sur la Ribeira. Situé en face du Douro, il était parfait pour se réveiller.

Voilà pour les bonnes adresses !

Pour conclure ce ptit cityguide, je dirais que Porto est une destination idéale pour un long weekend, 3 jours suffisent, tout peut se faire à pieds, la ville est vraiment à échelle humaine, tellement charmante qu’elle est victime de son succès et doit se préserver contre le tourisme de masse qui commence à l’étouffer… Je repense souvent aux portugais croisés dans les ruelles, à ces vieilles portugaises qui se réunissent autour des lavoirs ou qui étendent leurs slips au dessus des touristes ou encore cette ptite mamie à côté de notre appartement qui vivait dans un espèce de garage et qui se moquait des touristes en mettant sa musique à fond et en fumant sa clope dans son tablier qui avait du en voir. Porto c’est ça, une ville hypertouristique où des morceaux d’humanité surgissent aux détours des ruelles, ou à travers des visages rencontrés au hasard des déambulations.

Porto, je reviendrais.

Portugal, j’ai bien envie de te découvrir encore plus !

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière