Jungle – bar et restaurant à Belfort

Il faut l’avouer de suite : je suis amoureuse de cet endroit. Certain diront que je m’enflamme trop souvent mais je m’en fiche, quand un lieu est chouette, je le clame haut et fort !

Nous avions été mises dans la confidence de ce projet il y a quelques mois et nous trépignions d’impatience en attendant son ouverture. C’est donc début février que Jungle a ouvert ses portes lors d’une soirée d’inauguration qui aura rassemblé beaucoup de belfortains.

Jungle, c’est une belle histoire d’amour et de voyages. Igor et Kai Wing, après avoir posé leurs valises à Amsterdam et ensuite 4 mois en Asie, ont voulu revenir à Belfort avec un projet. Hors de question pour le jeune couple de revenir sans rien. Au cours de leurs voyages, ils ont pu manger, boire un café ou un cocktail dans des endroits tous différents, aux identités bien marquées. Ils ont décidé de créer le leur, leur bébé, leur établissement qui proposerait quelque chose de différents aux belfortains.

Ils avaient connaissance de ce local encore en friche mais au fort potentiel et dès la première visite, ils savaient que ça serait ici. Derrière le restaurant Les Capucins et accolées à la galerie d’art Cheloudiakoff, c’étaient des anciennes brasseries puis des ateliers de peinture. Lorsqu’Igor et Kai Wing le visite, c’est le coup de cœur. Ils savaient l’ampleur des travaux mais ils savaient surtout ce qu’ils allaient en faire. Et même si l’endroit est canon, ce n’est pas fini, ils ont encore pas mal d’idées !

On est donc dans de la friche industrielle, des murs bruts, des verrières d’origine. Le temps de refaire le sol, d’aménager les murs de végétaux, de plantes, de lierres et d’agrémenter le tout de leurs souvenirs de voyage, le Jungle pouvait ouvrir ses portes.

Le mot d’ordre de Jungle est le voyage. Autant dans le décor et l’ambiance que dans l’assiette.

Parlons en de ce qu’on y mange ! Car c’est bien beau d’avoir un bel endroit mais vous savez aussi qu’on est difficile de ce qu’il y a dans nos assiettes.

Une carte épurée, déjà ça nous plait. Des tartines salées (mozza, chèvre et noix, franc-comtoise ou en ce moment saumon), gaufre salée italienne (tomates séchées, parmesan, pesto et charcuterie) , salade bowl (patate douce, quinoa, pois chiche, carotte et choux rouge).

Des desserts aussi dont leur fameux carrot cake mais aussi cheese cake et moelleux au chocolat.

Le soir, Jungle propose des planches de fromages, charcuteries et des mixtes.

En boissons, gros coup de cœur pour la marque Charitea et leur maté pétillant ! Vous trouverez aussi des bières (locales en majorité avec la bière des Baboons à Poligny) mais aussi du vin, un large choix de soft.

Quand aux prix, ils sont largement abordables. Ils ont voulu privilégier des prix corrects et accessibles à une majorité de personnes plutôt que de se faire des marges de fous. Igor a dit quelque chose que j’ai beaucoup apprécié, « si j’étais devant le comptoir, qu’est ce que j’aimerais ? », il s’est littéralement mis à la place du client, que ce soit en terme de prix ou sur la carte. Comptez entre 8 et 10€ les plats du midi et 14€ la planche mixte du soir.

La carte va être amenée à être changée régulièrement, de nouvelles saveurs d’inspirations asiatiques ou méditerranéennes seront mises en valeur.

Si ça peut le paraître, le restaurant ne se veut pas exclusivement végétarien ou végan mais il veut satisfaire tout le monde. Si vous avez des intolérances, dites le et une solution pourra vous être proposée mais sachez qu’ils proposent des alternatives déjà au lactose avec des laits végétaux.

Le Jungle se veut aussi un lieu fédérateur et proposera des soirées avec DJ’s, des concerts plus folks, des apéros mix après le travail… Pleins d’idées qui verront le jour dans les mois à venir dont une terrasse cet été ambiance guinguette ! On a hâte !

Jungle étant accolé à la galerie d’art, sachez qu’il y a un porte qui peut vous amener directement à la galerie depuis le restaurant, une ouverture sur l’art et la culture qu’on aime vraiment !

Bref, vous l’aurez compris, Jungle est un lieu à part et si vous ne connaissez pas encore, courrez y ! Un conseil : pensez à réserver, victime de son succès, c’est très souvent complet (pas de réservation le soir 😉 )

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière