On a testé le kendo avec Yushikan Kendo Club Belfort

On adooooore les tests sportifs, surtout quand ils nous sortent de notre zone de confort ! Ça à été le cas pour le Kendo, pour lequel on a pas longtemps hésité avant de répondre à l’invitation du Yushikan kendo Club de Belfort. Lundi soir, 20h, nous voila au gymnase G. Thurnerr. Et on s’imagine déjà Samouraï.

Le Kendo, kesako ? 

Vous avez surement déjà du voir du kendo, même sans vous en rendre compte. Art martial japonais, signifiant « la voie du sabre », le kendo est un sport mêlant technique, physique et valeurs ancestrales. C’est un paramètre flagrant qui nous a de suite frappées à notre arrivée au dojo. La pratique du kendo respecte tout un tas de codes et de rituels, ce qui rend la pratique tout aussi belle à pratiquer qu’à observer. (puisqu’on a fait les deux 😉 )

On a testé…. le kendo

Avant de commencer, désolée pour les photos, qui ne reflètent pas du tout la beauté du sport et des gens qu’on a admirées ce soir là. Tester un sport, photographier en même temps, pas facile… 

Accueillies par Jérémy, on est vite mises dans l’ambiance. 1 mot sur 5 est un terme japonais dont on ne comprend rien, voilà qui promet ! On nous présente notre Shinaï  : un genre de grande épée en bambou qui représente le sabre. Une cordelette jaune représente le tranchant de la lame. Elle pèse son petit poids !

Pas le temps de s’amuser, on le pose de côté et on se déchausse pour commencer l’échauffement (le kendo se pratique pieds nus). On commence à trottiner et les habitués crient des trucs en japonais… ni une ni deux on pose la question et on nous répond : pendant l’échauffement on compte en japonais ! Pratique pour apprendre quelques bases de la langue 😉  On suit l’échauffement tant bien que mal (un de nos professeurs du jour est militaire et ça se sent, heureusement on a évité les erreurs pour ne pas faire de pompes).

Après l’échauffement on commence les choses sérieuses (enfin non à vrai dire on reprend les bases mais moi je suis déjà rincée). On nous apprend à manier le shinai, qu’on tient comme des gauchères (pas simple). On nous montre aussi la façon de se déplacer : on s’exerce du mieux qu’on peut (bonjour les courbatures aux mollets le lendemain). Puis … échauffement des bras avec une idée de ce que donne un coup à la tête ( appelé « men »). Pas franchement franchement rassurées sur ce coup la. L’une se protège avec son shinai tendu au dessus de la tête pendant que l’autre arme et donne le coup, d’une main, puis de l’autre, puis des deux. On nous apprend aussi le « kiai », le cri. (mais ça, on y arrive pas !) (ou on ose pas) (c’est surement ça en fait).

Au kendo, seules 4 parties du corps peuvent être touchées pour que le coup soit valide. Chacune a un nom qui est donc crié pendant le coup. Et tout cela justifie donc le besoin de s’équiper correctement pour les entraînements !  Si au départ on pratique en tenue de sport classique, il est vrai que les élèves investissent rapidement dans du matériel : d’abord la tenue traditionnelle (pantalon-jupe et veste bleue), puis l’armure. Il est vrai que rien que la tenue doit apporter une certaine confiance en soi quand on a le shinai en main ! 

Puis, on a observé…

On a observé les élèves pendant plus d’une heure et autant vous dire qu’on ne s’est pas ennuyées une seconde. Le rituel au moment du passage de l’armure, puis la démo de l’enchaînement du jour, les différentes étapes pour y arriver, tout était captivant. Impressionnant aussi, les coups pleuvent, les cris aussi ! Forts, Puissants, Précis.

On a noté une grande entraide entre les élèves : les plus gradés aident les plus novices, les duos tournent et tout le monde se rencontre, se conseille, se corrige, pour progresser. C’est l’un des esprits de ce sport : on ne combat pas l’un contre l’autre mais l’un avec l’autre. Jeune et moins jeunes, filles, garçons, tout le monde sur un pied d’égalité ! D’ailleurs, les grades ne sont pas visibles au kendo, ils se remarquent avec la qualité de la technique généralement.

A la fin du cours, les professeurs Alexandre (4ème dan) et Jason (2ème dan) saluent chaque élève et ont un petit mot / conseil personnalisé pour chacun. 

En pratique

Envie de vous lancer dans un sport différent ? Bourré de belles valeurs ? Physique, technique, exutoire ? Le kendo est fait pour vous 🙂

Il faut compter 110€/an et une licence à 37€ (des réductions sont offertes avec la Carte Avantage jeune). Le shinai est mis à disposition. les enfants sont acceptés à partir de 10 ans (et participent au même cours que les adultes). Le Yushikan kendo club de Belfort s’entraîne 2 fois par semaine pendant 2h.

Nous vous encourageons à suivre l’actualité du club pour aller admirer leurs démo ou vous initier pendant un stage ! 

Un grand merci à Jason & Jérémy pour leur invitation, à Alexandre pour sa patience et aux autres membres du club pour leur accueil ! C’était vraiment un plaisir de découvrir le kendo avec vous tous ! 

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière