Un weekend enneigé au Val d’Hérens en Suisse

Je crois que j’ai toujours eu un coup de coeur pour la Suisse. J’ai tout de suite été attiré par ce petit pays qui ne fait pas parler de lui mais au charme inexplicable et j’ai toujours eu une envie irrésistible d’aller le visiter. Bien que caricaturale, j’ai toujours eu en tête cette fameuse image de la Suisse, avec son chalet en bois et ses grandes étendues de montagnes et de verdures (et moi en Heidi, bien sur !!).

La Suisse proche de Belfort n’offre pas ce cadre idyllique mais j’ai envie quand même d’aller la visiter un peu plus (au programme : Bern, Zurich et Luzern cette année) alors quand Patricia, ambassadrice de choc du Val d’Hérens m’a proposé de venir découvrir son coin de paradis, je n’ai pas attendu une seule seconde pour dire oui ! C’était tout à fait ma carte postale et j’allais la voir en vrai ! C’est avec Laurène du blog Carnets d’Escapades et Mon weekend en Alsace et son mari que je m’y suis rendu un beau weekend de février.

Le Val d’Hérens fait parti du canton du Valais, situé dans le sud du pays. C’est le paradis des hautes montagnes, plus de 46 sommets des Alpes de plus de 4000 mètres sont dans les Alpes valaisiennes (merci Wikipédia).

Au programme de ce long article, une chambre d’hôtes adorable, des raquettes, du fromage et une église ! Parfait pour passer un weekend en totale déconnexion !

 

Chambre d’hôtes Le Rucher à Vex :

Patricia est la détentrice d’un chalet absolument adorable à Vex. Tout en bois et décoré de manière à se sentir  bien d’emblée, à peine la porte franchie que vous avez envie d’aller vous blottir devant le poêle sous un plaid avec un bon chocolat chaud. 2 chambres sont proposées avec chacune leur salle de bain. La mienne s’appelle Heidi (tu la voit la coïncidence ? ) et est vraiment trop mignonne. Des cœurs, du bois, des tons chauds, je sens tout de suite que je vais passer une merveilleuse nuit. Je n’ouvre pas tout de suite les volets, étant arrivée à la nuit tombée, je veux garder la surprise du paysage au réveil !

Mais avant d’aller se coucher, on déguste une super assiette valaisanne que nous a préparé Patricia avec de la polenta au fromage des alpages et de la saucisse. Un régal ! (je sens de suite que ce weekend ne sera pas placé sous le signe du régime !!). Elle nous fait également découvrir l’abricotine, une liqueur ou eaux-de-vie à base d’abricot du Valais. À l’unanimité, nous avons été séduits mais nous en avons consommé avec modération bien sur 😉

Ce fut surement une des meilleures nuits que j’ai passé depuis longtemps. L’air de la montagne ! A peine réveillée que je vais ouvrir les volets et là, la claque ! Une vue à couper le souffle sur les montagnes ! Place à un petit déjeuner de champions pour prendre des forces avant la journée en raquettes qui nous attends. Sur la table, que des produis locaux, quasi tous préparés par Patricia et nous nous sommes régalés encore une fois. Mention spéciale pour le granola fait maison qui nous a tous donnée envie d’en faire !

Chambre d’hôtes Le Rucher

 

 

Des randonnées en raquettes dans le Val d’Hérens :

Ce weekend était placé sous le signe des raquettes. Ne sachant pas faire de ski et adorant la neige et la rando, les raquettes sont pour moi une activité que j’aime tout particulièrement, elle permet de vraiment découvrir de jolis paysages tout en ayant le côté physique d’une rando. Nous commençons la rando à Hérémence pour monter à l’alpage de Mandelon qui se situe à environ 2000 mètres d’altitude (une première pour moi de grimper aussi haut).

Raquettes chaussées au pied, nous voici partis et ne pouvons que répéter à quel point on a de la chance : il fait grand soleil ! Ça sera parfait pour découvrir ces montagnes qui, déjà, m’émerveillent !

Nous ne nous sommes pas fixé de timing particulier, nous voulons profiter de la rando et des paysages.Nous sommes parties aux environs de 11h30, pour une arrivée à l’alpage à 14h et nous sommes redescendus vers 15h30 tranquillement. Au total, c’est une rando d’environ 4h30 que nous avons faits, environ 9 kms. Nous avons fait une pause repas à la buvette de Mandelon à 2068 mètres d’altitude et nous restaurer en produits du terroir. Parfait !

Et que vous dire des paysages ? j’ai pris une claque énorme ! Je crois que je n’avais jamais vu d’aussi belles montagnes (et pourtant, rappelez vous que je suis assez chauvine de mes Volcans d’Auvergne). Des crêtes parfaites, des étendues de neige à pertes de vues, une quiétude régnante. Une sensation de temps qui s’arrête et comme nous sommes quasiment les seuls, on se sent encore mieux ! Nous tous qui avons des vies à 10 000 à l’heure, cette parenthèse est plus que parfaite ! Je crois qu’en une journée, j’avais déjà rechargé mes batteries !

Merci Laurène pour la photo 😉

Merci Laurène pour la photo 😉

Le lendemain, nous repartons pour une petite balade du côté d’Hérémence et Pralong. Le soleil n’est pas de la partie mais la brume donne une toute autre atmosphère aux paysages. Là encore, j’ai l’impression que le temps s’est arrêté et cette sensation d’être seule au monde, au milieu des montagnes fait tellement du bien. J’admire et essaye de garder en mémoire autant que je peux les sublimes montagnes que j’ai en face de moi. Mes chalets si typiques de la Suisse sont bien là , j’adore ! Je suis tellement fan de ces maisons toutes de bois, moi la citadine, je me verrais bien avoir une maison secondaire de ce type là ! On se promène le long d’une rivière, ne restant pas très longtemps dehors car il fait assez froid. On se réchauffe autour d’un café ou chocolat chaud.

 

Les randos raquettes de Patricia

Vous avez dit raclette ? Ca sera plutôt fondue suisse !

Alors certes, le Valais est un peu la capitale de la raclette (pas la Téfal hein, la vraie, celle qui se racle à la force des biceps) mais Patricia nous emmène dans une adresse où on mange une fondue assez insolite ! C’est au restaurant La Grange à Évolène qu’on va passer la soirée. Ambiance bois et sourire au programme ! Un accueil au top, un apéro et un vin local pour se mettre vraiment dans l’ambiance (mention spéciale pour le Fondant, petit vin blanc très sympathique). On nous emmène la carte mais on sait déjà ce qu’on va manger : une fondue valaisienne qui cuit dans… du pain ! Oui,oui, vous avez bien lu ! Une idée fort originale, super rigolote et économique ahaha, pas de vaisselle ensuite (faut bien avouer qu’il n’y a rien de plus pénible que de laver le caquelon à fondue). Nous la prenons nature, pas de chichis dans la fondue et nous commençons à nous amuser à découper des petits bouts de pain. Un délice ! Cette fondue arrive à point nommée après notre journée à la neige (il faut dire que nous en avons rêvé toute la journée !!). Une super adresse où l’on mange bien avec un accueil comme on les aime, une adresse où l’on se sent comme à la maison !

Restaurant La Grange

L’église d’Évolène :

Je vous avez dit dans le programme de cet article qu’on parlerait d’une église. Il est vrai que plus j’avance dans l’âge (ça fait vieux cette expression non ? )plus j’aime visiter les lieux de culte. Alors lorsque Patricia nous a parlé d’une église originale, comme on en verrait pas deux comme ça, notre curiosité fut piqué et on a dit oui tout de suite pour aller la visiter. Elle était dans la brume mais on pouvait déjà voir son étonnante architecture. Toute de béton, avec des formes géométriques et sa grosse croix surplombant le tout, on est vite rentré pour voir l’intérieur. Un système de son et lumière vous permet de faire une visite guidée. On est resté sans voix à peine la porte franchie. En effet, nous n’en avions jamais vu de pareille : des volumes impressionnants, du béton et du bois qui fait un ensemble superbe! Mais qu’est ce qui a pris à l’architecte pour avoir une telle idée ? Tout simplement un hommage rendu au barrage de la Grande Dixence qui se situe juste après le village (un lieu que veux absolument voir la prochaine fois !) Je suis conquise, admirative, bouche bée, je reste les yeux rivés au ciel pour en prendre pleins la vue de cette architecture si détonante pour une église. Comment une église toute en béton a pu voir le jour au milieu de chalets typiques en bois ? C’est un pari osé mais qui fonctionne. Les habitants sont fiers de leur église qui est fédératrice au sein du village avec quelques institutions tout autour d’elle (comme la bibliothèque ou salle polyvalente par exemple). Elle est un lien entre la modernité et les traditions anciennes.

 

Le Val d’Hérens aura été plus qu’une belle carte postale suisse. Alors certes, j’en ai pris pleins les yeux car les Alpes valaisannes sont d’une beauté à couper le souffle. Mais au fil du weekend avec Patricia, figure emblématique de cette région, et des rencontres qu’on a pu faire avec elle, ce que j’ai aimé et qui m’a fait un bien fou, ce sont les valeurs que véhiculent ce ptit coin de paradis : partage, passion, convivialité. J’ai pris une bouffée d’air frais et surtout d’humanité qui fait tellement de bien en ces temps actuels. Ils veulent protéger le plus longtemps possible leur paradis et je le comprends. Mais si vous voulez vous déconnectez le temps d’un weekend, sachez que le Val d’Hérens n’est qu’à 3h30 de Belfort 😉

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière