Randonnée au Saut du Doubs

Honte à moi, bientôt 9 ans que je suis franc-comtoise et je n’étais jamais allée au Saut du Doubs, l’un des lieux les plus emblématiques de notre région.

Chose réparée lors d’une randonnée entre ami un beau dimanche. Effectivement, pour un mois de juillet, nous n’avons pas eu très beau mais pour marcher, finalement c’était pas si mal.

Point de départ donc sur le petit parking du lieu dit Les Vions, à côté de Vilers le lac. Nous ne semblons pas nombreux, la plupart des personnes préfèrent aller voir la cascade en bateau .

La randonnée est classée moyenne, il est annoncé 3h50 de marche, avec un dénivelé positif de 371 mètres et d’un total de 10km environ. Il y a un passage par le GR5. Nous avions téléchargé l’application de Viso rando, mais je vous conseille de soit vous munir d’une carte IGN soit d’enregistrer dans votre téléphone la photo du parcours. Parfois, il n’y a pas de réseau et pas facile de retrouver son chemin si l’application ne s’ouvre pas !!

C’est donc parti ! Nous avons eu la chance dès le début de voir un chamois. Il ne nous avait pas vu et en y allant tout doucement, nous avons pu nous approcher de lui mais dès qu »il nous a vu…il est vite parti ! Un joli moment inattendu, c’est ça aussi la magie des randos !

Alors, cela va devenir une habitude mais nous avons pris le parcours un peu à l’envers rapidement ahahha. En effet, vous êtes censé voir le saut du Doubs dès le début et ben nous, on s’est vite rendu compte qu’on ne le verrait qu’à la fin. Et c’est peut être pas plus mal, un peu la carotte qui te motive.

il fallait descendre vers le 2 et nous…. ben on est montés ahahah

La première partie pour nous donc n’a pas trop d’intérêt, nous passons en lisière de forêt sur une route et nous avons hâte de rejoindre les sentiers. C’est chose faite lorsque nous arrivons près du barrage de Chatelot. Attention si vous avez le vertige, nous descendons (parce que nous sommes en sens inverse je le rappelle) de sacrés escaliers et, même s’ils ont des main courantes, soyez prudents. Ces échelles étaient les passages des contrebandiers français et suisses. Nous arrivons donc au barrage qui retient le Doubs. D’une hauteur de 73 mètres et d’une longueur de 148 mètres, il forme un plan d’eau, le lac de Moron.

merci Hélène pour la photo !

Nous continuons notre route et là, ça commence à être vraiment magnifique car nous longeons le Doubs. Ombragé tout le long, sous les arbres de la forêt, la randonnée prend tout son sens. Nous décidons de nous arrêter manger près de petites cabanes prévues pour (3 au total). Table de pique nique sont à disposition des randonneurs, à nous ensuite de garder nos déchets et de laisser l’endroit propre pour les prochains.

On a pas choisi cette table par hasard, nous avions vu qu’elle donnait directement sur le Doubs. Après avoir mangé, on descend quelques mètres et nous avons presque les pieds dans l’eau. Malheureusement, le mauvais temps ne permet pas de faire trempette mais nous sommes subjugués par la vue. Un petit air de Canada… Un air sauvage.

On repart en sachant qu’on ne fait que commencer à en prendre pleins les yeux. La randonnée est toujours très plaisante à faire, on se demande même pourquoi ils l’ont classé moyenne jusque là.

Deuxième claque ! Nous arrivons vers les montagnes et des roches qui surplombent le Doubs. C’est superbe !

Nous nous dirigeons ensuite vers le fameux Saut du Doubs et là, le dénivelé positif commence ! On fait travailler les cuissots et on grimpe. C’est assez raide mais pas long, ça fait travailler le cardio et on se dit que le résultat en vaut le coup. Nous avons de la chance, le Saut est assez gorgé d’eau et la cascade n’est pas petite et fine comme souvent en été.  Personnellement, je m’attendais à quelque chose de plus volumineux, de plus haut (même si elle fait déjà 27 mètres). Je ne dirais pas que j’étais déçue mais ce n’est pas ce que je retiendrais de la randonnée. Par contre, j’ai été amusée de voir le sentier suisse en face. On se dit que juste une cascade sépare les deux pays.

On redescend tranquillement et là, on voit arriver tous les gens qui ont pris le bateau.D’ailleurs, avant de repartir vers notre parking , on s’arrête à l’embarcadère pour une collation. On remarque qu’on peut boire de la fameuse absinthe mais nous optons pour une bière plus rafraichissante. Un moment bucolique et reposant et la vue est superbe.

Nous avions mis environ 4h pour tout faire : pause pique nique et bière mais nous avons marché d’un bon pas. L’important n’est pas la course contre la montre mais d’en profiter. Même si la météo n’était pas au beau fixe (et encore, nous avons eu un peu de soleil l’après midi), nous en avons pris pleins les yeux et nous nous sommes rendus compte, encore une fois, que nous avions une bien belle région.

Alors non, le Saut du Doubs en lui même ne m’a pas convaincue à 100% mais le Doubs, les montagnes environnantes, les couleurs (et je pense qu’à l’automne, cette randonnée doit avoir un côté magique) oui. C’est vraiment une balade que je conseille, même aux enfants (pas aux poussettes).

Vous pouvez la retrouver sur le site Visorando.

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière