Le fort Dorsner à Giromagny

Les forts militaires sont légions en Franche Comté, en particulier dans l’aire urbaine. Honte à nous, nous n’en avions pas encore parlé sur le blog et re-honte à nous, nous n’étions jamais allés les visiter.

Hop hop hop, on répare tout ça suite à l’invitation de l’association qui gère celui de Giromagny : le fort Dorsner.

C’est donc un soir assez orageux que nous nous sommes rendus dans ce lieu chargé d’histoire afin de le découvrir et nous en avons pris pleins les yeux. Déjà, lorsque nous arrivons sur le lieu, nous sommes époustouflés par la vue ! Nous dominons tout Belfort et pouvons profiter de nos belles montagnes des Vosges.

Le fort a été construit en 1874 suite à la défaite de la France dans la guerre de Prusse, c’est à ce moment là que notre pays perdit la Lorraine et l’Alsace. Mais devant la supériorité allemande et menaces militaires, la France décida de construire des fortifications et le fort Dorsner put être construit en grès de Giromagny et finit sa construction en 1879.

Il faut savoir qu’il s’agit d’un fort d’arrêt et de défense, qui permet de tenir un siège pendant 3 mois. Il devait représenter l’esprit de guerre, de revanche afin d’empêcher les ennemis de tenter quoi que ce soit.

Il n’a pas servi durant la première guerre mondiale mais servi aux allemands comme commandature et stocker la ferraille pour les russes.

Place à la visite ?

Attention, port du casque obligatoire !

Nous avons choisi de le visiter d’une manière un peu originale : à la lampe à pétrole. Alors même s’il ne faisait pas entièrement nuit lorsque nous y sommes allées, nous avons pu voir que c’est une façon de le visiter vraiment sympa, qui donne un tout autre ton au fort, une luminosité vraiment à part.

Nous commençons donc par la cour principale où nous apprenons la partie historique du fort. Nous nous baladons ensuite dans le premier et second étage où nous pouvons voir les pièces, lieux où se trouvaient jusqu’à 650 hommes prévus dans la garnison. On a du mal à se les imaginer mais lors de notre passage dans la salle d’exposition, nous avons pu nous rendre compte de leurs vies à ce moment là. Un ancien lit d’époque y est présent et nous en apprenons un peu plus sur leur quotidien.

Un moment fort de cette visite : la visite d’une des deux tourelles. Elles ne sont bien sur plus là mais nous pouvons nous rendre compte rien qu’à la taille de leur emplacement. Nous pouvons monter tout en haut de l’une d’elle et là encore : wahou ! une vision panoramique s’offre à nous et nous en prenons encore pleins les yeux (et voyons un bel orage arriver, ce qui donne un ton particulier à cette visite)

Nous continuons la visite en découvrant les canons, apprenons encore comment cela se passait en temps de guerre, descendons dans les caponnières, découvrons les chambres des haut-gradés. Et si vous avez de la chance, vous verrez des locataires du fort un brin poilus mais qui font de bonnes débroussailleuses 😉

Si on est un tantinet passionné d’histoire et de notre région, cette visite est faite pour vous. Un véritable bond dans le passé !

Infos pratiques :

Les visites peuvent se faire en libre, en groupe ou avec lampe à pétrole. Elles se font les mercredi et dimanche et certains soirs, en juillet, aout et septembre. Pour les visites à lampe à pétrole, voici les dates et on vous conseille vivement de réserver : 29 juillet, 11 aout, 26 aout, 15 septembre.

Les prix sont très abordables : en circuit libre, comptez 4€ par personne, gratuit pour les -12 ans, pour celle avec lampe à pétrole, comptez 5€ par personne, 3€ pour les -12 ans.

Lors des journées du patrimoine en septembre, les bénévoles qui s’occupent du fort, organisent le repas du poilu. Immergez vous entièrement dans l’univers des militaires qui vivaient ici.

On remercie encore beaucoup l’association qui s’occupe du fort de nous avoir permis cette visite. (sachez qu’ils sont toujours en recherche de nouveaux bénévoles 😉 )

(photos par Etienne Kopp)

Laissez nous un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne kopp Théatre de marionnette de belfort l'esprit comtois ma scène national le moloco la poudrière